San Silvior

San Silvior est l’entité la plus récente à avoir rejoint Irminsul. Il est le Dieu tutélaire de la Réussite, du Commerce et, pour les initiés, des Secrets.

Son culte est né au sein de la Principauté de Mando, à la suite du retour de la délégation du lointain comptoir marchand des Terres Barbares. Sombre retour, car la principauté se voyait meurtri en son coeur par la perte de trois de ces Patriciens, et parmi eux, le Surintendant Silvio di Columbo, assassiné en traître en protégeant le Prince. De retour à Carlita, sa dépouille fut veillée par les Lansquenets de la famille di Columbo, mais également par ceux de la famille di Mando, en hommage posthume. Malgré cette veille attentive, au matin, son corps avait disparu, ne laissant sur place qu’une poignée de plumes couleur d’or…. Malgré de nombreuses recherches, ce dernier ne fut jamais retrouvé, et la famille érigea donc un cénotaphe pour le jeune Patricien ayant redonné sa place à la famille di Columbo. Sa famille commença à honorer sa mémoire et ses actions… Mais ce n’était que le premier des actes mystérieux entourant la mort de Silvio di Columbo…

Dans les semaines qui suivirent, d’autres événements étranges eurent lieu… On raconte que lorsque le Conseil des Six Familles se réunit de nouveau, alors que le Prince ouvrait la séance par une minute de silence à la mémoire du Surintendant après avoir annoncé l’édification d’une statue à son effigie, on entendit un bruit de claquement d’ailes suivi du sons clairs d’une cascade de pièce s’écoulant au sol, sans que la moindre trace ne pu être retrouvée. Alertés, la séance fut levée, et le Palais du Conseil fouillé de fond en comble… Ne fut retrouvé une nouvelle fois qu’une poignée de plume d’or sur le livre de compte de la Principauté, celui ci mystérieusement mis à jour de la main de feu Silvio, disparu depuis depuis des semaines ! Le Prince exigea le secret le plus absolu sur cette affaire, mais le bruit fini par se répandre… L’aura de feu-Silvio, Surintendant d’exception grandit avec ces rumeurs….

Et ces rumeurs en révélèrent d’autres…. Celle de ce tisserand ayant réussi à signer une commande exceptionnelle qui retrouva en rentrant à son échoppe, prêt à se mettre à l’oeuvre, les étoffes tissées et prêtes à être livrées, son atelier parsemé de quelques plumes d’or… Celle de cette servante qui, gardant le secret sur les aventures de sa maîtresse, retrouvant dans sa chambre sous les combles une pleine bourse d’or, ainsi que deux plumes d’or… Ou encore celle de ce comptable de la Confrérie de SaPietro qui, harassé par la tâche, s’assoupit sur son ouvrage, pour à son réveil, voir le travail accompli et les kelkadors empilés, avec encore une fois quelques plumes d’or….

Ces rumeurs grandirent, les rumeurs devinrent des convictions, et de plus en plus de Mandosiens appelèrent de leur voeux la grâce de feu-Silvio di Columbo. A tel point que l’Eglise de L’Unique de Mando, souhaitant raviver la foi de ce peuple n’ayant toujours suivi que de très loins les préceptes de leur culte, décida de le déclarer Saint, sous le nom de San Silvior. Ce nouveau saint eut un énorme succès et l’on vit pléthore de commerçants, dignitaires et hauts responsables de la Principauté fréquenter à nouveaux les lieux de culte de l’Unique. Mais ce que l’Eglise n’avait pas prévu, ce que cette nouvelle ferveur, loin de ramener le peuple mandosien dans le giron de l’Unique, augmenta la popularité de San Silvior et donc son nombre de fidèles. Et les rumeurs augmentèrent en nombre et en puissance, de sorte qu’on pouvait se demander si San Silvior était toujours un simple saint…

Le Conseil des Six Familles ne resta pas sourd face à cette situation, et les services de la Prévôté confirmèrent l’ensemble des rumeurs comme avérée… Et c’est ainsi que lors de l’inauguration, le discour du Prince annonça la naissance d’un nouveau dieu, San Silvior, Dieu de la Réussite, du Commerce et des Secrets. Cette annonce fut saluée par une pluie de pièces et de plumes d’or, accompagnée des clameurs de la foule. San Silvior venait d’accomplir son premier miracle….

Le Culte de San Silvior, facette du Dieu Créateur, fut reconnu comme religion d’état à Mando. Cette dernière se répandit à travers le monde via le réseau de la Guilde des Marchands, qui voyait en ce Dieu une meilleure réponse à la prière que l’Unique ou Morradin.

San Silvior est souvent représenté sous les traits d’un homme vêtu selon le style de l’ancienne Tannissie, drapé dans une toge immaculé, couronné de lauriers et de majestueuses ailes, symboles de réussite,  surgissant de ses épaules, portant à la ceinture un trousseau de clé, symbole des secrets dont il est le gardien. Il peut être représenté une balance tannisienne, symbole du commerce, à la main.

Plusieurs symboles circulent pour le représenter, mais deux semblent particulièrement courants. Un lingot d’or gravé d’une clé ou bien, et ce dernier semble en expansion, une clé d’or au sein de 2 ailes déployées sur un champ d’or.

Le culte de San Silvior, en plein essor, ne dispose pas encore d’une organisation définie, bien que la Principauté de Mando soit en train de structurer le Culte. On retrouve dans ses fidèles de nombreux commerçants, conseillers….

San Silvior est un dieu tourné vers autrui, il considère donc la présence des autres dieux comme nécessaire. Il ne s’agit pas d’un dieu exhaustif, et bien que de nombreux Mandosiens se considèrent comme fidèles de ce dieu uniquement, de nombreuses personnes de part le monde le prient occasionnellement, à la recherche de la réussite ou pour préserver un secret.